Connectez-vous S'inscrire
Mauges et Bocage




Vidéos les plus récentes
Histoire
JC Menard | 23/01/2015 | 1662 vues
55555  (1 vote) | 0 Commentaire
Histoire
JC Menard | 23/01/2015 | 2018 vues
44444  (3 votes) | 0 Commentaire
Actualités
Mickaël LECLERC | 19/06/2013 | 3630 vues
55555  (1 vote) | 2 Commentaires
Actualités
JC Menard | 20/11/2012 | 1284 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
Histoire
N. D. | 20/02/2012 | 2881 vues
44444  (3 votes) | 0 Commentaire
1 sur 3

Les annonces

Cholet : un menhir vieux de 30 tonnes qui ne passe pas inaperçu

Planté aux pieds des vestiges de l'ancien château de Cholet, à l'entrée du jardin du Mail. Du haut de ses 3,50 mètres ce mégalithe, surnommé "la Pierre à Vinaigre", a vu passer des générations de Choletais. Comment une pierre de cette taille a-t-elle pu se retrouver ici ?


Un des 7 menhirs que comptait Cholet

Le menhir du Mail, carte postale, vers 1910.
Le menhir du Mail, carte postale, vers 1910.
Il en a fallu du courage et de l'énergie à cet attelage de 16 bœufs pour amener le mégalithe jusqu'au Jardin du Mail. Sans parler des risques d'accident et du danger de basculement lors de son élévation. Ce menhir dont le poids est estimé à 30 tonnes fut amené en 1888, des terres de la ferme de la Garde, route de Maulévrier jusqu'au Jardin du Mail, trois ans après sa création.

A une époque ou de nombreux menhirs de la région furent détruits pour empierrer les chemins, ce megalithe, de part ses dimensions inhabituelles (6,50 mètres de circonférence) et son aspect décoratif, a pu être préservé pour constituer une des curiosités du jardin botanique nouvellement créé.

Il fait aujourd'hui partie des 18 derniers menhirs que compte encore la région Choletaise sur les 42 existants il y a 150 ans.

Un menhir vieux de 6500 ans

D'après les préhistoriens, ce menhir aurait entre 6000 et 7000 ans ce qui en fait le plus vieux monument présent dans l'agglomération avec son "petit frère" surnommé la "pierre à huile", haut d'un mètre, resté lui, fiché dans un champ des terres de la Garde. Les deux menhirs étaient à l'origine distants d'1,20 mètre.

En 1851, l'abbé Rousselot, curé de Saint-Pierre, dont dépendait la ferme de la Garde, a voulu christianiser cette pierre druidique, objet autrefois d'un culte paien. Une niche encore visible à un sommet de la pierre fut donc creusée bien avant son déplacement afin d'y installer une statuette de la vierge protégée par un grillage. Au dessus, une pierre gravée avec la date de 1851 commémore l'événement.
Malheureusement, celle-ci pourtant protégée par un grillage à disparue depuis.

Mais pourquoi avoir déplacé le menhir. La raison est la suivante : d'après Charles Loyer, historien Choletais, "dans la nuit du 1er janvier 1888 , la pierre s'écroula dans le fossé. Cet affaissement serait sans doute dû à un chercheur d'or qui aurait creusé près du menhir attiré par une légende qui prétendait que sous le menhir se trouvait une "barrique d'or".

L'idée fut alors lancée de sauvegarder la pierre, qui était devenue gênante et encombrante, en la transportant jusqu'au Mail pour l'offrir au regard des promeneurs. Aussi, à l'été 1888, les champs autour du menhir étant pratiquables, il fut décidé de déplacer la pierre jusqu'au Mail.

Par la suite, on ajouta au pied du menhir, un polissoir datant du néolithique. celui-ci fut découvert par le docteur Pissot, au bord de la Moine, près de l'ancienne ferme du Carteron. Ce polissoir servait à fabriquer des haches polies, comme en témoignent les rainures encore visibles sur la pierre.

Les paysans des alentours prétendaient que le menhir tournait sur lui même à certaines heures de la journée. Qui sait ? Voila peut-être la raison qui explique son renversement une nuit de nouvel an...



Rédigé par Mickaël LECLERC le Mardi 7 Janvier 2014 à 13:34 | Lu 1698 fois
Notez


1.Posté par Brigitte le 03/01/2015 00:21
Je viens de découvrir ce site qui est très instructif et me plait beaucoup.
Mais je n'ai pas trouvé pourquoi ce menhir est-il surnommé la pierre à vinaigre ?
Merci de votre réponse

2.Posté par Leclerc Mickael le 05/01/2015 18:48
Voici un élément de réponse rapporté par Michel Gruet et Charles Tanguy Leroux dans l'ouvrage "mégalithes en Anjou" 1967, p.72 : "le nom de pierre à vinaigre, connu en bien d'autres points de France, rappelle dit-on d'anciennes libations de vin faites sur cette pierre. Une mauvaise plaisanterie classique consiste à engager la victime choisie à sentir l'odeur de vinaigre de la pierre puis d'une poussée de la nuque à lui écraser le nez sur le rugueux granit."

3.Posté par Jacky Hudon le 02/06/2016 20:00
Autre version donnée par Monsieur Jean Brochard historien choletais très en prise avec l'histoire locale. Autrefois bien avant notre Ère les femmes qui avaient des difficultés à devenir mères, ou qui peut-être étaient tout simplement stériles se réunissaient "les soirs de pleine lune" (c'est très important) autour du menhir. Puis en formant un cercle complet et enserrant la Pierre Fichée elles se frottaient sur la paroi en chantant ou en invoquant la ou les divinités de l'époque pour avoir le bonheur de tomber enceinte!
Durant l'opération, ces femmes en transes, déposaient de la sueur en se frottant autour de cette pierre ce qui donnait quelques temps après une odeur de vinaigre, amplifiée par la répétition de ces cérémonies d'un âge reculé.
Il est vrai que selon certains spécialistes, les pierres profondément fichées en terre produisaient une certaine "magnétisation" produite par la nature magnétique du globe terrestre ! Ce qui aurait eu un "effet" magnétique sur ces jeunes femmes!
Quant à la vérification, il n'y a plus de témoin pour nous garantir de l'efficacité du procédé!. Une explication sur cette période en valant bien une autre, je vous la livre comme me l'a si souvent raconté l'ami Jean! Mais lui y croyait sûrement!...Mais je la trouve plutôt ...mignonne!

Nouveau commentaire :

Actualités | Patrimoine | Histoire | Nature | Livres et revues | Bonnes adresses | Les rubriques | Les dossiers





Recherche




Pour soutenir nos actions en faveur de l'histoire et du patrimoine de notre région, vous pouvez faire un don en toute sécurité en cliquant ci-dessus.



Inscription à la newsletter