Connectez-vous S'inscrire
Mauges et Bocage




Vidéos les plus récentes
Histoire
JC Menard | 23/01/2015 | 1662 vues
55555  (1 vote) | 0 Commentaire
Histoire
JC Menard | 23/01/2015 | 2018 vues
44444  (3 votes) | 0 Commentaire
Actualités
Mickaël LECLERC | 19/06/2013 | 3630 vues
55555  (1 vote) | 2 Commentaires
Actualités
JC Menard | 20/11/2012 | 1284 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
Histoire
N. D. | 20/02/2012 | 2881 vues
44444  (3 votes) | 0 Commentaire
1 sur 3

Les annonces

1793-1794 : Les loups à Cholet

1793-1794, alors que les Guerres de Vendée font rage, la petite cité de Cholet, vidée de ses habitants ayant fuit les combats aurait été investie par les loups. Tel est le récit qui dans l’imaginaire populaire, est parvenu jusqu’à nous au fil des générations.


En réalité, ces bêtes féroces n’étaient pas des loups mais les chiens que les blanchisseurs utilisaient pour garder leurs prairies sur lesquelles ils mettaient à sécher et blanchir leur précieuse marchandise. On les lâchait la nuit tombée contre les voleurs de cotonnade et de mouchoirs.

Pas moins de 400 chiens étaient ainsi nourris par les blanchisseurs de la ville. On peut imaginer que la fuite ou la mort leurs maîtres provoqua une recrudescence de chiens vagabonds affamés errant à travers les rues.
Les combats ayant faits de nombreuses victimes, ces bêtes ne trouvèrent rien de mieux à se mettre sous la dent que les cadavres de soldats et d’habitants jonchant les pavés de la ville. On a peine à imaginer que pendant plusieurs semaines ces animaux furent presque les seuls occupants de la ville déserte.

Il n’est pas impossible que quelques loups provenant des forêts voisines de Mortagne, de Saint-Léger et de Nuaillé investirent également la ville, à la recherche de nourriture. Mais la majorité des animaux aperçus étaient ces chiens de blanchisseurs.

Après les Guerres de Vendée, un bataillon républicain entier fut nécessaire à l’anéantissement de ces animaux devenus féroces et dangereux pour la sécurité publique. La chasse au loup, interrompue en 1792, pu reprendre, des primes furent données pour chaque bête abattue.

A noter que l’une des dernières louves de la région fut tuée par le Duc de Lorges dans la forêt de Vezins en 1865, au lieu-dit la Croix-au-Loup. Les derniers louveteaux furent eux trouvés dans le tronc d’un chêne creux près de la ferme du Périnet de Toutlemonde en 1876.

Depuis lors, plus un loup n’a été aperçu dans la région, hormis ceux du Puy-du-Fou bien entendu.


Rédigé par Mickaël LECLERC le Lundi 29 Décembre 2014 à 18:28 | Lu 660 fois
Notez

Nouveau commentaire :

Actualités | Patrimoine | Histoire | Nature | Livres et revues | Bonnes adresses | Les rubriques | Les dossiers





Recherche




Pour soutenir nos actions en faveur de l'histoire et du patrimoine de notre région, vous pouvez faire un don en toute sécurité en cliquant ci-dessus.



Inscription à la newsletter