Connectez-vous S'inscrire
Mauges et Bocage




Vidéos les plus récentes
Histoire
JC Menard | 23/01/2015 | 1658 vues
55555  (1 vote) | 0 Commentaire
Histoire
JC Menard | 23/01/2015 | 2016 vues
44444  (3 votes) | 0 Commentaire
Actualités
Mickaël LECLERC | 19/06/2013 | 3627 vues
55555  (1 vote) | 2 Commentaires
Actualités
JC Menard | 20/11/2012 | 1284 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
Histoire
N. D. | 20/02/2012 | 2880 vues
44444  (3 votes) | 0 Commentaire
1 sur 3

Les annonces

Cholet est le 1er marché d'animaux de boucherie de France

Installé en 1958 au Nord de la ville, le foirail couvert de Cholet, rénové en 1986 ne passe pas inaperçu dans le paysage choletais. Nombreux sont les visiteurs de la région qui s'interrogent sur la fonction de ce bâtiment bordant la rocade. Le marché se tient deux fois par semaine, le lundi et le vendredi. Il peut rassembler jusqu'à 2500 têtes de bétail sur plus de 10,5 hectares, ce qui en fait un marché de référence en France et le premier en ce qui concerne le commerce d'animaux de boucherie.


Cloche annonçant le début du marché, offerte par le marquis de Broon, seigneur de Cholet, en 1689.
Cloche annonçant le début du marché, offerte par le marquis de Broon, seigneur de Cholet, en 1689.
Depuis le Moyen-Age, les Mauges sont reconnues pour être une terre d'élevage. Le bœuf gras de Cholet qu'on surnommait localement "le Cholet" a fait la réputation de la région. La viande "choletaise" se retrouvait sur les étales des Halles parisiennes après y avoir été expédier en train.

Nombreux ont été les éleveurs locaux à avoir été récompensées lors de concours nationaux ou régionaux.

De part la nature de son sol et le climat tempéré et humide, la terre de Cholet se prête à l'engraissement des bovins. On y élève aujourd'hui plusieurs races (Limousine, Charolaise, Rouge des Près, Parthenaise, Blonde d'Aquitaine, Limousine...)

Dès le Moyen-Age, plusieurs foires ont été créées dans la région (la Saint-Antoine, 17 janvier, la foire des Cossons (2ème samedi de Carême, la Saint-Georges le 23 avril, la Saint-Michel au May-sur-Evre, le 29 septembre et enfin la Saint-Denis, foire qui subsiste toujours aujourd'hui le 9 octobre. Ces foires étaient l'occasion d'avoir accès à une multitude de produits. Elles permettaient également le rassemblement et le commerce de nombreux animaux.

Au XVIIIème siècle, le marché aux bestiaux de Cholet prît de l'ampleur avec l'intervention du Comte de Rougé, seigneur de Cholet. Celui-ci décida de déplacer la foire annuelle de la Saint Michel du May-sur-Evre vers Cholet, près de la place du château. Outre cette foire annuelle, un marché hebdomadaire se créa sur la place du château à partir de 1750, il avait alors lieu le samedi matin et attirait de nombreux paysans venus de toute la région qui passait la journée en ville. Il en résultait une grande activité en ville ce jour là, ce qui n'était pas sans poser quelques problèmes d'ordre public. Il faut imaginer les animaux menés par leur éleveur traverser les chemins et les rues menant jusque vers le centre et la place du château (actuel jardin du Mail).

De cette époque, le marché a conservé une ancienne cloche offerte par le marquis de Broon à la ville en 1689. Permettant d'annoncer le début des transactions, elle a toujours cette fonction aujourd'hui.

Le marché aux bestiaux se tenait en face du Parc du Mail chaque samedi matin, photographie prise vers 1910.
Le marché aux bestiaux se tenait en face du Parc du Mail chaque samedi matin, photographie prise vers 1910.
Le 13 novembre 1871, le marché "aux bœufs" est déplacé en lieu et place de l'actuel Hôtel de Ville. Dès 7h30, chaque samedi, les transactions commençaient sous la surveillance de deux vétérinaires afin de prévenir toute épizootie.

Le nom de l'actuelle rue de l'Abreuvoir, proche de l'ancien marché, témoigne encore de l'ancienne activité du lieu. Les animaux venaient des fermes alentours. Déjà, à l'époque, on pouvait en rassembler plus de 2000 sur cette place. Après avoir parcouru plusieurs km, les bêtes pouvaient s'abreuver à cet endroit où une pente douce avait été aménagée au bord de la Moine.

En 1896, alors que la ville ne compte que 16 900 habitants, 7000 visiteurs se pressent en ville les jours de marché.

L'abreuvoir et l'ancien Champ de Foire ont disparu avec la construction de l'ensemble immobilier Mail II et la construction de l'Hôtel de Ville en 1976. Les bornes de granit permettant d'attacher les animaux furent réutilisées comme remblais pour la construction de la salle des fêtes, place de la Grange. Certaines d'entre elles ont été conservées et sont encore visibles à l'étang des Noues.

Le marché aux bestiaux de Cholet en juillet 2013, ici 805 bêtes sont présentées à la vente.
Le marché aux bestiaux de Cholet en juillet 2013, ici 805 bêtes sont présentées à la vente.
L'encombrement des rues, les problèmes sanitaires et olfactifs engendrés par le marché ainsi que le développement de l'automobile font que depuis 1958, le marché aux bestiaux se tient au Nord de la ville au Parc des Prairies. En 1978, le jour de marché passe du samedi matin au lundi après-midi.

En 1986, l'ancien foirail construit en 1958 est abattu et laisse place au bâtiment actuel. Ce nouvel équipement permet d'améliorer les conditions d'accueil (64 barres d'exposition).

Chaque semaine, le Parc des Prairies rassemble plusieurs centaines de personnes (éleveurs, commerçants en bestiaux, abatteurs, exportateurs, bouchers). Le lundi à 13h30, pour le secteur maigre (bêtes à engraisser) et le lundi à 14h30 et le vendredi matin à 7h30 pour le secteur viande.

Le marché de Cholet est un marché de "gré à gré" et non un marché à cadran comme il en existe en Bretagne. A Cholet, les vendeurs rencontrent directement les acheteurs, le prix est négocié entre eux, la parole fait foi, une tape dans la main cèle le marché. Tout repose sur la confiance et la connaissance entre acheteurs et vendeurs.

A titre indicatif, le kg de viande limousine se négocie aujourd'hui aux environ de 5 euros le kg. Les prix varient en fonction des races, de l'âge de la bête et de son poids voire de son palmarès (concours remportés)... A l'issue de chaque marché, une grille de cotation est établie pour chaque catégorie présente sur le marché (vaches, génisses, bœufs, taureaux, jeunes bovins).

Le marché est aujourd'hui géré par la CAC (Communauté d'Agglomération du Choletais). Pour chaque tête de bétail entrant dans le foirail, il est prélevé une taxe de 3 euros permettant le financement des services annexes au marché (surveillance, entretien, nettoyage, services administratifs...)

Dans le grand Ouest, les marchés les plus proches sont ceux de Parthenay (79), Chateaubriant (44), Laval (53) et Château-Gontier (53). Le marché de Cholet est le dernier marché aux bestiaux de Maine et Loire après la fermeture de celui de Chemillé (années 2000).

Si vous souhaitez venir visiter le marché, un concours d'animaux de boucherie aura lieu à Cholet, au Champ de Foire, le 17 octobre 2013, l'entrée est libre.
Rédigé par Mickaël LECLERC le Lundi 29 Juillet 2013 à 18:15 | Lu 3366 fois
Notez

Nouveau commentaire :

Actualités | Patrimoine | Histoire | Nature | Livres et revues | Bonnes adresses | Les rubriques | Les dossiers





Recherche




Pour soutenir nos actions en faveur de l'histoire et du patrimoine de notre région, vous pouvez faire un don en toute sécurité en cliquant ci-dessus.



Inscription à la newsletter