Connectez-vous S'inscrire
Mauges et Bocage




Vidéos les plus récentes
Histoire
JC Menard | 23/01/2015 | 1658 vues
55555  (1 vote) | 0 Commentaire
Histoire
JC Menard | 23/01/2015 | 2016 vues
44444  (3 votes) | 0 Commentaire
Actualités
Mickaël LECLERC | 19/06/2013 | 3627 vues
55555  (1 vote) | 2 Commentaires
Actualités
JC Menard | 20/11/2012 | 1284 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
Histoire
N. D. | 20/02/2012 | 2880 vues
44444  (3 votes) | 0 Commentaire
1 sur 3

Les annonces

Connaissez-vous "le chemin des fées" qui traverse les Mauges ?

En 1866, les travaux de construction du chemin de fer, mettaient à jour au sud des Mauges, à 3 km au nord du centre de Cholet, l'un des plus anciens vestiges historiques de la région : une portion de voie romaine. Cette voie pavée était connue des métayers locaux qui l'avait surnommé le "chemin des fées". Ce tronçon mis à jour faisait partie des 36 000 km de voies romaines que nous ont légué les Romains.


La Table de Peutinger, copie du XIIIème siècle d'une ancienne carte de l'Empire romain sur laquelle apparaît la voie romaine Nantes-Poitiers passant par Cholet.
La Table de Peutinger, copie du XIIIème siècle d'une ancienne carte de l'Empire romain sur laquelle apparaît la voie romaine Nantes-Poitiers passant par Cholet.
Cette portion de voie romaine découverte reliait Nantes (Portus Namnetum) à Poitiers (Pictavis) qui passait par Ségora (actuel Fief Sauvin), puis descendait vers le May-sur-Evre et passait sur les hauteurs au nord de l'actuelle ville de Cholet. Au niveau de l'ancienne métairie de la Jominière, qui a donné son nom à la rue actuelle, la voie romaine se séparait en deux parties, l'une se dirigeait vers Toutlemonde, Maulévrier puis Poitiers, l'autre descendait vers la ville par l'actuel rue Darmaillacq, traversait probablement la Moine au niveau de l'actuelle place des Halles puis se dirigeait vers Saint-Christophe et Mortagne.

D'après les descriptions de l'époque la chaussée découverte lors des travaux du chemin de fer était empierrée sur une largeur de 5 à 6 mètres. Sa construction était très régulière et la finition très bonne.

La chaussée reposait sur plusieurs strates de matériaux. Tout au fond, une couche de 35 cm de grosses pierres, puis une seconde couche de 15 cm de mac-adam cassé très menu, ensuite venait une couche de 25 cm de chape sec, dur, fortement et régulièrement foulé, et enfin une troisième couche de 20 cm de gros mac-adam. Lors de la découverte, la voie dépassait le sol d'environ 30 cm.

Les vestiges de cette voie ne furent découverts que très tardivement car la voie était dissimulée sous la terre des haies. Certaines portions de cette voie suivaient les haies, d'autres suivaient les chemins agricoles ou traversaient les champs.

Cette découverte n'était pas un secret pour tout le monde, les fermiers de l'époque connaissaient déjà l'existence de cette voie qu'ils surnommaient le "chemin des fées" ou "le chemin du Diable".

Lors des labours, la voie était évitée par les charrues, car les grosses pierres abîmaient les socs. Aussi, nombreuses furent les pierres réemployées dans les constructions de l'époque ou l'empierrement des chemins en terre. La voie faisait office de carrière à ciel ouvert. Ainsi, dans les années 1850-1860, 400 mètres de voies furent détruits de cette sorte par les fermiers de la Préverie.

Tiffauges, la voie romaine allant du chateau du Couboureau au château de Barbe Bleue, début du XIXeme siècle.
Tiffauges, la voie romaine allant du chateau du Couboureau au château de Barbe Bleue, début du XIXeme siècle.
Tout aussi bien qu'aujourd'hui il n'en reste presque aucune trace. D'autant plus que le récent allongement de la piste d' aérodrome a fini de détruire les fragments restants dissimulés dans une haie qui avaient échappés au réemploi de matériaux.

Malgré tout, la région demeure riche en vestiges archéologiques. On peut encore voir des fragments de cette voie romaine au May-sur-Evre (sur la route de la Séguinière), ainsi qu'entre Torfou et Tiffauges, où un tronçon d'une centaine de mètres est remarquablement bien conservé.

L'occupation romaine a également laissé son emprunte dans les toponymes des fermes choletaises alentours, ainsi la ferme de Millepieds, près de l'aérodrome de Cholet, tire son nom des bornes qui bordait la voie romaine tout les "mille pieds" (mesure de l'époque).

Non loin de là on trouve également à la Romagne, un camp romain au lieu-dit de la Bouterie. Les limites de ce camp (talus et remblais) sont encore visibles du ciel.








Rédigé par Mickaël LECLERC le Mardi 18 Juin 2013 à 19:58 | Lu 1708 fois
Notez

Nouveau commentaire :

Actualités | Patrimoine | Histoire | Nature | Livres et revues | Bonnes adresses | Les rubriques | Les dossiers





Recherche




Pour soutenir nos actions en faveur de l'histoire et du patrimoine de notre région, vous pouvez faire un don en toute sécurité en cliquant ci-dessus.



Inscription à la newsletter