Connectez-vous S'inscrire
Mauges et Bocage




Vidéos les plus récentes
Histoire
JC Menard | 23/01/2015 | 1583 vues
55555  (1 vote) | 0 Commentaire
Histoire
JC Menard | 23/01/2015 | 1947 vues
44444  (3 votes) | 0 Commentaire
Actualités
Mickaël LECLERC | 19/06/2013 | 3547 vues
55555  (1 vote) | 2 Commentaires
Actualités
JC Menard | 20/11/2012 | 1246 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
Histoire
N. D. | 20/02/2012 | 2795 vues
44444  (3 votes) | 0 Commentaire
1 sur 3

Les annonces

Un faux Louis XVII venu des Mauges

Des rumeurs coururent dès l’annonce de la mort du jeune Louis XVII à la prison du Temple le 8 juin 1795. On prétendit qu’il avait été remplacé et qu’il était toujours en vie. Il n’en fallait pas davantage pour que surgissent des prétendants plus ou moins convaincants, comme un certain Mathurin Bruneau, originaire de Vezins.


Portrait de Mathurin Bruneau, gravure à l'eau-forte (BnF)
Portrait de Mathurin Bruneau, gravure à l'eau-forte (BnF)

Aussi effronté que grossier, Mathurin Bruneau n’était pas le candidat le plus crédible pour incarner le fils du roi Louis XVI. Né à Vezins, près de Cholet, et baptisé le 10 mai 1784, il était le fils de Mathurin Bruneau, sabotier, et de Jeanne Teigné. 
 

Acte de baptême de Mathurin Bruneau, A.D. 49, état civil de Vezins, 1765-1792, vue 416/607
Acte de baptême de Mathurin Bruneau, A.D. 49, état civil de Vezins, 1765-1792, vue 416/607

   
Le jeune aventurier avait commencé son rôle d’imposteur au château d’Angrie, chez Mme Turpin de Crissé, en se présentant en tant que « baron de Vezins ». On crut d’abord à sa fable, mais il ne tarda pas à être démasqué et fut relégué à la cuisine et au chenil. De dépit, il finit par rentrer dans sa famille à Vezins, pour quelque temps seulement. 
   

En 1803, il fut écroué comme « vagabond et fou » au dépôt de mendicité de Saint-Denis, d’où il sortit pour s’embarquer dans le 4e régiment d’artillerie de marine. Il déserta son unité à Norfolk, aux États-Unis, où il vécut de petits métiers, boulanger, tailleur de pierres et domestique. 

   
De retour en France en 1816, il débarqua à Saint-Malo muni d’un passeport américain délivré sous le nom de « Charles de Navarre » et chercha déjà à se faire passer pour le Dauphin, fils de Louis XVI. Comme on se moqua de lui, il endossa une identité plus modeste, celle du fils d’une veuve Phélipeaux, dont le fils avait disparu depuis longtemps et à laquelle il parvint ainsi à soutirer 600 francs. 
   


Portrait de Mathurin Bruneau , en pied, assis devant une table, 1818 (BnF)
Portrait de Mathurin Bruneau , en pied, assis devant une table, 1818 (BnF)

À nouveau arrêté pour vagabondage et mendicité, il fut conduit à la prison de Bicêtre, à Rouen. C’est là qu’il aurait découvert le roman de Jean-Joseph Regnault-Warin, Le cimetière de la Madeleine, qui répandit dans les années 1800 l’idée de la survivance de Louis XVII. Mathurin Bruneau en adopta le récit, en particulier la fuite en Vendée à laquelle ses origines donnaient du crédit. Il prétendait même avoir assisté au combat des Aubiers, le 13 avril 1793, alors qu’à cette date le jeune Dauphin se trouvait encore dans sa geôle. 
  

Il s’attacha plusieurs complices parmi ses compagnons de prison : Tourly, ancien huissier condamné pour faux à deux ans de réclusion ; Branzon, ex-directeur de l’octroi de Rouen, condamné à cinq ans pour détournement de deniers publics ; et Larcher, détenu pour usurpation de fonctions sacerdotales.
   
Mathurin Bruneau réussit par ailleurs à nouer des relations au-dehors avec quelques illuminés qui crurent à son histoire : un abbé Matouillet, de Lisieux ; une dame Dumont, marchande de toiles à Rouen ; une dame Morin, employée à la mairie de cette ville ; Montier, banquier à Fécamp ; et même un M. de Foulques, ancien lieutenant-colonel d’infanterie, qui intercéda auprès de la duchesse d’Angoulême pour qu’elle rencontre ce prétendu frère. 
      


Portrait de Mathurin Bruneau , le faux Dauphin, gravure de Canu, 1818 (BnF)
Portrait de Mathurin Bruneau , le faux Dauphin, gravure de Canu, 1818 (BnF)

Jugé par le tribunal de Rouen en février 1818, Mathurin Bruneau fut condamné à cinq ans de détention pour vagabondage, usurpation de titres royaux et escroquerie, et à deux années de plus pour outrages envers les magistrats. La sentence ne dissuada pas ses partisans d’intercéder en sa faveur. Après son transfert à la prison du Mont-Saint-Michel, il dépérit. Bientôt à demi-fou, il ne répondait que par des bribes de mots incohérents : « roi de Prusse et d’Angleterre », « Louis XVII », « incendie de Philadelphie », etc. 
   

Pour l’occuper, on le mit à faire des sabots, ce qu’il avait appris de son père. Des chansons parodiques ramenaient d’ailleurs ce soi-disant « prince » à son métier de sabotier. Mais son état de santé et son mauvais vouloir lui faisaient gâter tout le bois qu’on lui donnait. 

   
Une attaque d’apoplexie mit fin à sa vie aventureuse le 26 avril 1822. Certains prétendirent pourtant qu’il avait survécu à son incarcération au Mont-Saint-Michel et qu’il vécut ensuite à Cayenne, en Guyane. Mais peut-être s’agit-il d’un faux Mathurin Bruneau, lui-même faux Louis XVII, « le pastiche d’un pastiche » comme l’écrit Léon de La Sicotière (Les faux Louis XVII, 1882, p. 62) ?
     

Rédigé par Nicolas Delahaye le Vendredi 10 Mai 2019 à 15:49 | Lu 99 fois
Notez

Nouveau commentaire :

Actualités | Patrimoine | Histoire | Nature | Livres et revues | Bonnes adresses | Les rubriques | Les dossiers





Recherche




Pour soutenir nos actions en faveur de l'histoire et du patrimoine de notre région, vous pouvez faire un don en toute sécurité en cliquant ci-dessus.



Inscription à la newsletter