Connectez-vous S'inscrire
Mauges et Bocage




Vidéos les plus récentes
Histoire
JC Menard | 23/01/2015 | 1707 vues
55555  (1 vote) | 0 Commentaire
Histoire
JC Menard | 23/01/2015 | 2061 vues
44444  (3 votes) | 0 Commentaire
Actualités
Mickaël LECLERC | 19/06/2013 | 3661 vues
55555  (1 vote) | 2 Commentaires
Actualités
JC Menard | 20/11/2012 | 1296 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
Histoire
N. D. | 20/02/2012 | 2925 vues
44444  (3 votes) | 0 Commentaire
1 sur 3

Les annonces

Église de Saint-Hilaire : le diocèse pour la rénovation partielle - Mortagne-sur-Sèvre

Le diocèse s'invite dans le débat qui agite la commune, autour de l'avenir de l'église Saint-Hilaire. Une église construite en 1902, fermée depuis mars 2007, à cause de sa vétusté et dont l'avenir semble un peu flou.


L'église de Saint-Hilaire, sujet de débat à Mortagne-sur-Sèvre.
L'église de Saint-Hilaire, sujet de débat à Mortagne-sur-Sèvre.
Il y a deux semaines, le conseil municipal, après consultation publique, avait tranché : oui à la destruction et la rénovation de la sacristie, l'une des quatre solutions proposées, la moins onéreuse (195 000 € HT). Un résultat qui a déplu aux représentants des 200 pétitionnaires, partisans de la restauration de l'église.

Un résultat qui déplaît aussi au diocèse de Luçon : « Mgr Castet a toujours préféré l'option de la rénovation partielle du bâtiment, rappelle Grégoire Moreau, délégué épiscopal à l'information du diocèse. C'est cet avis qui a été exprimé, au nom de Mgr Castet par Mgr Jacques Gomart, vicaire général du diocèse, dans les réunions auxquelles il a participé sur l'avenir de cette église. »

Cette solution de rénovation partielle est la seule a ne pas être précisément estimée. Et pour cause : il faudra déterminer au préalable les priorités de cette rénovation, ce qui aura une incidence sur la facture. Mais quoi qu'il en soit, son coût dépassera sans doute de très loin l'option retenue par la municipalité.

Quant aux forces en présence, elles sont claires : la mairie est propriétaire du lieu, le diocèse en est affectataire. Autrement dit : la Ville ne peut rien entreprendre sans l'accord de l'Église. Pourtant, personne, ni au diocèse, ni à la Ville, ne sait comment le dossier pourra être tranché, en cas de désaccord prolongé. Seule certitude, à ce stade : « Une église ne peut pas être détruite sans être désacralisée », précise Grégoire Moreau.


Source : OUEST-FRANCE
Benoît GUÉRIN.
Rédigé par Mickaël LECLERC le Lundi 22 Juillet 2013 à 11:44 | Lu 846 fois
Notez

Nouveau commentaire :

Actualités | Patrimoine | Histoire | Nature | Livres et revues | Bonnes adresses | Les rubriques | Les dossiers





Recherche




Pour soutenir nos actions en faveur de l'histoire et du patrimoine de notre région, vous pouvez faire un don en toute sécurité en cliquant ci-dessus.



Inscription à la newsletter