Connectez-vous S'inscrire
Mauges et Bocage




Vidéos les plus récentes
Histoire
JC Menard | 23/01/2015 | 1662 vues
55555  (1 vote) | 0 Commentaire
Histoire
JC Menard | 23/01/2015 | 2018 vues
44444  (3 votes) | 0 Commentaire
Actualités
Mickaël LECLERC | 19/06/2013 | 3630 vues
55555  (1 vote) | 2 Commentaires
Actualités
JC Menard | 20/11/2012 | 1284 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
Histoire
N. D. | 20/02/2012 | 2881 vues
44444  (3 votes) | 0 Commentaire
1 sur 3

Les annonces

Le Pin-en-Mauges : L’histoire de l’église du Pin-en-Mauges

L'église du Pin n'a pas été épargnée au fil des années. Après avoir été incendiée en 1793, il ne subsistait que les murs, depuis cette dernière a subi de nombreuses transformations.


L'église du Pin en Mauges
L'église du Pin en Mauges
Il paraît difficile de préciser exactement à quelle époque l’ancienne église du Pin-en-Mauges a été construite. De 1 510 à 1 520, affirme Célestin Port, qui d’après des archives qui proviennent du château de Beaupréau affirment que le chevalier de Turpin, Baron de Montrevault, jouissait des droits de seigneur, fondateur de l’église, et quand 1 518, il les céda à Hervé d’Aubigné, seigneur de la Jousselinière. Mais dans un cartulaire de l’abbaye de Saint Serge d’Angers, il est déjà question du bourg du Pin Aux années 1 140 et 1 150.


Il faut savoir, qu’au passage des colonnes infernales, vers la fin 1 793, l’église fut incendiée et il ne resta que les murs. Dès 1 800, Monsieur Labbé Cantiteau, curé, y fit les réparations indispensables. Son successeur, l’abbé Raimbault, acheva de la remettre en état en 1 817 et 1 818. Mais, devenue trop petite, elle fut rasée en 1 843 et 1 844pour faire place à l’édifice actuel construit sur le même emplacement.

Le monument de Cathelineau, héros de l'insurrection vendéenne.
Le monument de Cathelineau, héros de l'insurrection vendéenne.
L’église actuelle, de style roman est l’œuvre de l’abbé Raimbault. Sa construction a débuté le 5 mai 1 843 et elle fut achevée qu’à la fin de l’année 1 845, elle fut bénite par Mgr Angebault, le 30 août 1 846. L’abbé Bioteau la restaura et l’embellit de 1 889 à 1 890. Il agrandit les transepts de tout l’espace compris entre les piliers et les portes latérales, espace où se trouve, d’un côté, le monument de Cathelineau. Et, de l’autre, le Sacrarium. Il prolongea la nef d’une travée ; il remplaça le vieux clocher d’ardoise frappée par la foudre en 1 889, les vieux carreaux de terre cuite par un dallage de mosaïque dans la grande allée, devant la sainte table et dans le sanctuaire, par un dallage de ciment dans le reste de l’église. Il fit édifier les voûtes, agrément la partie inférieure des murs de la nef d’une série de colonnettes surmontées d’arcades romanes, enrichi l’hôtel d’une superstructure en marbre rehaussé d’or, renouvela les stations du chemin de croix, les confessionnaux et les chaises.

Le dallage de l'église
Le dallage de l'église
Ainsi restaurée et embellie, l’église fut consacrée le 10 octobre 1 893 par Mgr Luçon, évêque de Belley, futur cardinal archevêque de Reims, sous la présidence de Mgr Mathieu, tout nouvellement arrivée à Angers. Mais ce qui allait donner à cette église son caractère unique, lui mériter le titre de « sanctuaire de l’honneur vendéen » et lui susciter tant de visiteurs, c’est le tombeau des Cathelineau et le monument élevé sur ce tombeau par les soins de l’abbé Boiteau. C’est aussi la série des vitraux dont il la dota. Depuis l’appel de Jacques Cathelineau jusqu’au supplice de Hervé de Charette, ses vitraux retracent l’insurrection vendéenne. Vitraux et monuments furent bénis par Mgr Baron, évêque d’Angers, le 13 octobre 1 896.


Source : Notice historique de l’Abbé René Lépine


Rédigé par Jacques Plessis le Dimanche 8 Décembre 2013 à 13:57 | Lu 858 fois
Notez

Nouveau commentaire :

Actualités | Patrimoine | Histoire | Nature | Livres et revues | Bonnes adresses | Les rubriques | Les dossiers





Recherche




Pour soutenir nos actions en faveur de l'histoire et du patrimoine de notre région, vous pouvez faire un don en toute sécurité en cliquant ci-dessus.



Inscription à la newsletter